Villefranche-sur-Mer : magouilles, thalasso et enquête judiciaire

Villefranche-sur-Mer : magouilles, thalasso et enquête judiciaire

Posted by on Mar 5, 2020 in Actualité à la Une

Villefranche-sur-Mer : magouilles, thalasso et enquête judiciaire

À seulement quelques jours des élections municipales, il est temps des analyses des dépenses et des projets réalisés par le maire sortant de la commune de Villefranche-sur-Mer, Christophe Trojani. En effet, d’après le conseiller de l’opposition et enfant de la commune, Jean-Pierre Mangiapan, le maire sortant est visé par une enquête préliminaire pour faux écriture publique dans le projet de thalassothérapie et pour délit de favoritisme. Étant l’un des projets sur lesquels reposés le programme du maire lors des élections municipales de 2014, le centre de thalassothérapie n’est qu’un projet fantôme.

Qui est le maire de Villefranche-sur-Mer ?

Élu en 2014 à la mairie de la commune, Christophe Trojani qui est le candidat des Républicains, a misé sur un ambitieux projet de thalassothérapie dans la commune afin de séduire ses électeurs. Toutefois, cinq ans plus tard, alors que les élections municipales sont imminentes, aucun centre de thalasso n’a vu le jour. Selon Jean-Pierre Mangiapan, le candidat à la mairie de Villefranche-sur-Mer, le retard, est dû essentiellement à une procédure pénale et une procédure administrative qui pourrait mettre fin aux ambitions du maire sortant.

L’enquête judiciaire contre Christophe Mangiapan

En mois de janvier lors de l’annonce de Christophe Torjani sa candidature pour un nouveau mandat à la maire de Villefranche-sur-Mer, il a bien essayé de rassurer ses électeurs en les persuadant qu’il sortirait vainqueur du combat judiciaire dans lequel le maire sortant est empêtré.

Néanmoins, le maire sortant est accusé de délit de favoritisme ainsi que de faux écriture publique. C’est pour cette raison que l’après le scrutin serait probablement assez mouvementé pour Christopĥe Trojani. En effet, tandis que la société Relais Thalasso ne remplit pas les critères financiers décrit par le cahier des charges de l’appel d’offres du centre de Thalasso, c’est ce groupe qui a été sélectionné. Selon un investigateur, un élu de la majorité qui est membre du jury avait reçu un texto dans lequel il est invité à choisir le groupe Relais Thalasso.

Ainsi, le procureur de Nice a lancé une enquête pénale afin de pouvoir déterminer si le groupe Relais Thalasso a été favorisé pour l’attribution de la construction du centre de Thalasso à Villefranche-sur-Mer. Le maire sortant serait bien passé d’une telle publicité, à seulement quelques jours des élections municipales.