Opérateurs télécoms : développement du service

Posted by on Mar 23, 2018 in Actualité à la Une

  Opérateurs télécoms : développement du service

 

Au fil de leur développement, les grands opérateurs (Orange, SFR, Paritel…) s’insèrent dans des réseaux d’affaires de plus en plus grands.

Leurs nouveaux choix (d’acquisitions et de mise en place de filiales et d’agences, partenariats, fusions…) leur ont permis de modifier la nature des relations avec les autres participants du réseau.

Comme chaque année, Paritel et Orange sont parmi les premiers opérateurs de la France.

Ils ont obtenu une note moyenne de 15/20 et 16/20 ! Ces derniers, recouvrent respectivement 70 et 80 % du territoire, ce qui fait qu’ils sont les premiers opérateurs en terme d’antennes 4G.

Chaque opérateur doit donc être encouragé à s’impliquer dans le bon fonctionnement du réseau.

 

   Les outils de contrôle pour suivre l’évolution de son projet :

Toutefois, l’univers des relations peut être compris comme un réseau caractérisé par une interdépendance grandissante des participants.

Selon la perspective de la dépendance aux ressources, quand une organisation ne contrôle pas toutes ses ressources, elle devient vulnérable.

Aussi, toute organisation ou tout acteur connaissant une carence en ressources tentera d’entrer en relation avec toute autre susceptible de lui fournir la ressource dont elle a besoin (les autres opérateurs).

Il s’établit ainsi entre organisations et acteurs des liens de pouvoir basés sur l’échange des ressources.

Cet échange social débouche sur des accords, internes et externes, structurant les organisations : une réalité pouvant s’appliquer aux télécoms, dans la mesure où les liens tissés et redéfinis par ces organisations leur permettent de mieux gérer l’incertitude environnementale, ainsi que leur vulnérabilité par rapport à cet environnement.

Le jeu des parties prenantes et sa prise en compte dans les stratégies organisationnelles, prouvent que le comportement stratégique des télécoms est fortement enchâssé dans le contexte environnemental qui les entoure.

 

Pour l’analyse des comportements organisationnels, il faut donc écarter les raisonnements a priori, qui considèrent seulement les acteurs stratégiques et non la contingence des comportements dans un groupe, et réduisent ainsi leurs contraintes à des faits mécaniques.

Les stratégies ne prennent de sens que dans le contexte qui les voit naître. Leurs résultats sont donc liés à l’évolution de ce contexte.

En effet, une évolution du contexte modifie les prévisions établies et a un effet sur le succès des stratégies organisationnelles.

Ainsi, les stratégies se construisent en situation, autrement dit, elles ne dépendent pas d’objectifs.

Elles sont liées aux atouts que les opérateurs peuvent avoir à leur disposition, et également, à leur anticipation de l’évolution.

 

La dimension stratégique est importante dans l’adaptation des opérateurs à leur environnement.

Ces organisations choisissent d’assurer leur modernisation en se reposant sur le personnel qui les compose.

La position de chaque opérateur dans le réseau et les liens qu’il entretient avec ses clients déterminent son pouvoir.

Les mutations sont également capables de modifier la nature de relations entre ces derniers (clients et opérateurs).

 

L’adoption de nouvelles stratégies conduit à l’introduction de nouveaux acteurs, ce qui implique des transformations dans les jeux de rôles, voire la disparition de certains acteurs (on donne l’exemple de Free).