Investir dans des PME et dans des Start-up : mode d’emploi

Investir dans des PME et dans des Start-up : mode d’emploi

Posted by on Mai 22, 2019 in Economie

Investir dans des PME et dans des Start-up : mode d’emploi

Investir dans des entreprises de type PME ou TPE ou start-up est de plus en plus apprécié surtout pour les avantages fiscaux qu’il offre au contribuable.
Comment investir afin de profiter d’une réduction d’impôt sur le revenu pouvant atteindre 18 % du montant de l’investissement ? Et quels sont les types de placement existant ? Ce sont les deux questions que Niels Court Payen, le président et co-fondateur de la société de gestion A Plus Finance tente d’y répondre dans cet article.

Business angel

Le business angel est un individu qui a opter d’investir une partie de son épargne afin de financer des sociétés innovantes qui possèdent un fort potentiel. Très souvent, le business angel est un entrepreneur qui n’hésite pas d’apporter des informations, des conseils ou son carnet d’adresses. Il n’est donc pas seulement un investisseur ordinaire. En France, on peut dénombrer actuellement plus de 7 000 business angels, alors qu’aux Etats-Unis, il existe plus de 400 000 business angels.
Les business angels sont généralement regroupés sous forme de réseau, ou d’organisation juridiquement formalisée qui est aussi connue sous le nom de SIBA. Dans l’hexagone, il existe plus de 80 réseaux de business angels gérés par l’association France Angels.
Si un investisseur souhaite investir par l’intermédiaire de l’association France angels, il peut se renseigner sur l’ensemble des réseaux existants aux prés des différentes sociétés de
gestion comme A Plus Finance.
Réaliser un placement dans ce type de réseau permet à l’investisseur de participer activement au niveau du capital de la société puis d’en sortir au bout de 5 ans en réalisant d’intéressantes plus-values. Il est important de mentionner que la somme à investir au départ est de 50 000 euros.

Crowdfunding pour financer les entreprises

Le crowdfunding qui constitue un type de financement participatif, fait appel à plusieurs personnes afin de pouvoir financer un projet de création d’entreprise grâce à un canal de mise en relation.
La finance participative s’adresse à toutes sortes d’entreprises. Plusieurs formes de transactions financières s’offrent aux contribuables :
– L’investisseur reçoit en contrepartie une rétribution non monétaire.
– L’investisseur devient actionnaires, pouvant toucher, ainsi une rétribution financière par l’intermédiaire des dividendes, ainsi que la plus value potentielle effectuée.
– Les investisseurs peuvent constituer des coproducteurs et peuvent par conséquent, toucher des royalties sur les futures recettes.