Rentrée médiatique et présence Féminine sur les chaines télé

Posted by on Oct 4, 2016 in Médias et société

Rentrée médiatique et présence Féminine sur les chaines télé

 

Les programmes de la rentrée médias sont enfin dévoilés.

On se demande alors s’il y’a assez de présence féminine dans les médias pour cette année ?

En 2015, le baromètre de la diversité du Conseil supérieur de l’audiovisuel, a révélé que les hommes sont plus présents que les femmes à la télévision prés de 63%.  La présence des femmes n’a passé que de 35 % à 37 % malgré des recommandations de la CSA.

Présence des expertes femmes dans les médias

La parité féminine n’est pas assurée sur les médias français ceci a poussé le collectif féministe « Prenons la Une » à se diriger vers les patrons de la presse pour mieux cerner la situation.  D’après ce collectif  de femmes journalistes  « la large majorité des experts sont des hommes et les femmes n’interviennent souvent que sur des sujets dits féminins : les enfants, la santé… On leur a demandé ce qu’ils faisaient pour améliorer la situation

prenon-la-une

La porte parole de « Prenons la Une », Audrey Lebel insiste sur la mauvaise représentation des femmes dans les médias

L’étude de Global Media Monitoring Project (GMMP)  souligne que la majorité des experts invités par les médias sont des hommes (83%). De même,  le baromètre Pressed de la parité  montre que le nombre de femmes présentes sur la presse est en baisse avec uniquement 151 femmes sur un total de 1000 personnalités en 2015 contre 192 en 2013 et 173 en 2014.

Imparité dans les médias et position du CSA :

Cette imparité touche également la rédaction Médias, Audrey Lebel trouve que «  les hommes occupent encore les postes les plus hauts ». Le CSA, se charge d’analyser la présence féminine chaine par chaine pour en fixer les objectifs à atteindre.

Dans le cadre du respect de la loi  du 4 Août 2014  pour l’égalité entre les femmes et les hommes, les chaines sont tenues de comptabiliser le nombre de femmes présentes sur les médias.  En application à cette loi, le CSA  se charge de lutter contre l’image des femmes dans les émissions, notamment en luttant contre les stéréotypes, les préjugés sexistes, les images dégradantes, les violences faites aux femmes et les violences commises au sein du couple.

Sylvie Pierre-Brossolette, membre du conseil supérieur de l’audio-visuelle affirme que  « Les chaînes doivent déclarer combien il y a de femmes présentatrices, animatrices, expertes, invitées sur leurs antennes, et comment elles jugent leurs propres programmes, est-ce qu’ils sont dénués de stéréotypes ou non, elles en déclarent un certain nombre dénué de stéréotypes, et chaque année, il faudra qu’il y en ait plus ».

delphine

La présidente de France télévisions, Delphine Ernotte a pris des mesures qui encouragent un comité exécutif paritaire « Moi je trouve ça normal, je trouve ça bien et j’en suis assez fière. » Partant du même principe, Cécile Dehesdin, la rédactrice en chef de buzzfeed France veut soutenir cette approche concrètement « J’essaye de ne pas embaucher juste dans mon réseau de connaissances, parce que même si je suis une femme, je connais sûrement plus d’hommes journalistes que de femmes. Plus vous avez des personnes différentes dans votre rédaction, plus vous avez de chances d’avoir des sujets différents, et pragmatiquement, de lecteurs différents. »

La convention entre LCI et le CSA, incite la chaîne à suivre une politique de parité et égalité entre les femmes et les hommes  avec une présence féminine d’au moins 30%. Pour cette rentrée, on retrouve plusieurs journalistes sur LCI comme Audrey Crespo-Mara dans l’invité de LCI matin et Bénédicte le chatelier dans « LCI et vous » et Hortense Villate qui présente « LCI matin » avec François Xavier Menage.

Après un vrai succès sur TF1, la journaliste Audrey Crespo-Mara (cliquez ici pour plus d’informations), remplace Arlette Chabot dans l’interview politique LCI où elle sera en concurrence  avec Jean Jacques Bourdin sur BFMTV et Bruce Toussaint sur iTélé.

 

 

 

Read More »

Les dispositifs médicaux pour les dentistes et les chirurgiens avec Actéon.

Posted by on Oct 2, 2016 in Médias et société

Les dispositifs médicaux pour les dentistes et les chirurgiens avec Actéon.

 

Le Groupe girondin Actéon dirigé par Marie-Laure Pochon (voir son profil)  est le spécialiste de l’imagerie médicale en France. C’est un marché qui ne connaît pas la crise, pas même de ralentissement, c’est un secteur en pleine croissance. Le secteur de l’imagerie est un secteur qui pèse un milliard et demi d’euros, il est en croissance de 15 % par an et c’est un secteur dans lequel il y a 5 acteurs majeurs.

Acteon fondée en 1991:

imagerie

Le français Actéon conçoit et commercialise depuis 1991 des technologies dédiées aux ultrasons et à l’imagerie en relation avec la chirurgie et la dentaire. Le chiffre d’affaires est de 138 millions d’euros en progression de 16 % chaque année. Aujourd’hui, Actéon est une ETI mondiale qui rêve de devenir une multinationale. Pour y parvenir le groupe bordelais et ses 780 salariés prônent sur un développement massif, or de l’hexagone.

Une société qui se développe en international:

international

Depuis la création du Groupe, Actéon est présente sur le front international, car l’exportation pèse plus de 83 % du chiffre d’affaires de l’entreprise et ils sont présents dans plus de 120 pays dans le monde. La France est le deuxième marché après les États-Unis et avant l’Asie. Internationalisation, mais aussi recherche et développement.

Une société innovante:

Idea concept with row of light bulbs and glowing bulb

L’innovation mobilise une trentaine de personnes et cela représente 6 % du chiffre d’affaires du groupe et Actéon sort de quatre à cinq nouveaux produits par an. C’est ainsi que 80 000 appareils sont vendus tous les ans. L’ETI de Mérignac vise 300 millions de chiffres d’affaires en 2018 et 500 millions à horizon 2020.

Read More »