PSG : les révélations du Football Leaks n’ont pas eu de répercussion sur les supporters du club parisien

Posted by on Juil 22, 2019 in Médias et société

PSG : les révélations du Football Leaks n’ont pas eu de répercussion sur les supporters du club parisien

Selon l’analyse de l’expert en marketing sportif, Gilles Dumas, les révélations publiées par Médiapart dans le cadre du Football Leaks, n’a pas eu une grande conséquence sur l’image du club parisien et n’a pas touché à la popularité du célèbre club aux prés de ses supporters. En outre, le patron de Yeesss, a aussi affirmé que cet acharnement médiatique que subit le club présidé par Nasser Al Khelaïfi, n’a pas détérioré l’image du club auprès de ses sponsors.

Acharnement médiatique

Depuis plus d’un mois, le PSG a été le sujet d’un acharnement médiatique : de l’affaire de trucage du match PSG-Etoile rouge de Belgrade au fichage ethnique en passant par la prime d’applaudissement jusqu’au fair-play financier. Selon le sondage effectué sur le site Orange sports, 68 % des votants estiment que les médias sont en train de mener une campagne anti-PSG afin d’entacher l’image du célèbre club.
Certes, comme a mentionné Gilles Dumas, « ce qu’est en train de subir le PSG, n’est pas politiquement correct, toutefois ces révélations n’ont pas eu de conséquence sur l’image du club. Je pense qu’une élimination durant la phase de poules au niveau de la Ligue des champions aurait plus d’impact sur les supporters que l’affaire du fair-play financier ».

L’affaire du fichage ethnique

Suite à la révélation par Paname Squad psg à propos de l’utilisation d’un système de fichage qui comporte des critères ethniques des jeunes joueurs dans certains centres de formations du PSG, le club a préféré intervenir en menant une enquête interne effectuée par un cabinet d’avocats externe. Cette enquête qui a été présentée par Jean-Martial Ribes, le directeur général délégué du PSG, le 15 novembre dernier à la ministre des Sports, a démontré que ce système de fichage été le fruit d’une initiative personnelle, prise par l’un des responsables de recrutement. La direction du PSG n’avait aucune idée sur la mise en place de cette pratique. Jean-Martial Ribes, le directeur de la communication du PSG, a tenu à préciser que l’enquête a aussi révélé que malgré l’existence de ce type de fiches ethniques, aucun cas de discrimination n’a été détecter ni lors du recrutement ni lors de l’évaluation.
Malek Boutih, l’ancien président de SOS racisme n’a pas hésité de défendre le club en affirmant « le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi, n’a pas hésité de former un grand nombre de jeunes issus de la diversité. Le PSG n’a jamais été un club raciste, il a toujours essayé d’apporter de l’aide aux jeunes du banlieue ».
Les sponsors actuels du club parisien, fly Émirats, Achille ou encore Nike ne s’inquiètent pas pour ce problème franco-français sociétal. En effet, même-ci la marque américaine se préoccupe de son image sociétale, toutefois aux Etats-Unis, le fichage ethnique est autorisé.

Read More »

Fichage ethnique – PSG : « Ce n’est qu’une connerie, une fumisterie »

Posted by on Juil 4, 2019 in Médias et société

Fichage ethnique – PSG : « Ce n’est qu’une connerie, une fumisterie »

Jean Paul Lucas, le recruteur du club de la capitale entre 2013 et 2018, a poussé un énorme coup de gueule suite aux multiples accusations publiées par Mediapart dans le cadre des Football Leaks. En effet, en évoquant le système fichage ethnique qu’aurait pratiqué le club parisien au niveau des centres de formation des jeunes joueurs, le recruteur du club assure que ces informations ne peuvent pas être réelles.

Pas de cas avéré de discrimination

Parmi les informations qui ont été publiées par Mediapart, et celles qui ont fait le plus couler d’encres dans le média français, c’est la possibilité que le club a eu recours à un système de fiches contenant des critères ethniques pour les jeunes joueurs dans certains centres de formation du club hors île de France.
En effet, selon les premières enquêtes menées sous la demande du président du club parisien Nasser Al Khelaïfi, l’ancien responsable du recrutement en dehors de la région d’île de France, Marc Westerloppe, aurait pris la décision tout seule afin d’utiliser un système de fichage contenant des critères ethniques dans le centre de formation en Province. Cette dernière accusation a fait un grand bruit et a suscité un grand nombre de réactions, malgré que le club a entamé une enquête interne. En effet, Nasser Al Khelaïfi, a demandé d’entamer le plus rapidement possible une enquête interne menée par un cabinet d’avocats externe et qui a duré 1 mois.

L’enquête internees du PSG

Selon PSG Paname Squad, Jean Martial Ribes, l’enquête qui a été présenté, le 15 novembre dernier à la ministre des Sports, a démontré qu’il n’y a jamais eu de cas avéré de discrimination. En effet, malgré l’existence de ce type de fichage, les recruteurs n’ont jamais été influencés par les critères ethniques pour sélectionner ou évaluer les jeunes joueurs.
Une version qui est aussi confirmée par le recruteur du club de la capitale, Jean-Paul Lucas, qui a expliqué au 11 Amiénois, « sincèrement, toutes ces accusations ne sont que des conneries, c’est de la fumisterie. J’ai travaillé pendant 15 ans avec Marc Westerloppe, nous n’avons jamais utilisé des critères ethniques que ce soit pour le recrutement des jeunes joueurs ou pour l’évaluation. J’ai déjà travaillé avec lui à Lens avant de passer de 2013 à 2018, au PSG. Je suis donc bien placé pour affirmer que l’ancien responsable du recrutement n’a jamais raisonné de la sorte. Aujourd’hui on est en train d’assister à un véritable lynchage médiatique à l’égard du plus célèbre club français. Personnellement, je n’aurais jamais travaillé dans le recrutement du PSG, si celui ci utilisait des pratiques inadmissibles comme la discrimination ethnique ».

Read More »

Audiences TV : TF1 largement devant le M6 grâce au 20h et au LCI Matin

Posted by on Mar 22, 2018 in Médias et société

Audiences TV : TF1 largement devant le M6 grâce au 20h et au LCI Matin

 

Comme tous les débuts des semaines, nous vous ferons part des meilleurs audiences réalisées de la semaine.

Pas de grandes surprises, encore cette semaine, la chaîne de télévision française TF1 se positionne au premier classement avant la 2 et M6 grâce aux émissions animées par le Joker des JT week-end et l’animatrice de renommée, Audrey Crespo-Mara

Compte certifié

a, à savoir, 20h, LCI Matin, le 13h…

Très fière de cette ampleur, la star de la télévision française et l’animatrice préférée des franaçais,  Audrey Crespo-Mara n’a pas hésité à partager plusieurs tweets sur son compte twitter prouvant sa joie.

 

 

L’amour est dans le pré & Esprits criminels attirent de plus en plus les adeptes des séries

Cette émission de télévision française ne manque pas d’importance. Lancée en 2006 et inspirée d’un poème de Paul Fort, elle continue a attirer un bon nombre de téléspectateurs.

Pour la semaine du 21 Août, elle a obtenu 16,4% de la part d’audience avec près de 4 000 000 téléspectateurs.

 

 

Troie & Shakespeare in Love : une importante présence

 

Diffusés hier sur la TMC et Arte, ces deux films ont su attirer un bon nombre de téléspectateurs amoureux des films d’actions et des aventures.

Enregistrant près de 11% de la part d’audience avec 1 318 000 de téléspectateurs, le film Troie se positionne à la quatrième place juste après « Au bon beurre » qui atteint 12,5 d’audience. Quant à  Shakespeare in Love, il enregistre 3,6% de la part d’audience avec  607 000 de téléspectateurs.

 

Pour le reste du classement, on trouve Air Buddies sur Gulli avec 1,9%, La confrérie des larmes  sur C8 avec 1,6, Madame Irma sur Chérie avec 1,5, Ned Kelly avec 1,2 et American Pickers, la brocante made in USA avec 1,1% et 233 000 de téléspectateurs.

 

Une famille formidable VS Blindspost

 

Côté télé-réalité, voyons si Blindspost a-t-il su être à la hauteur face à Une famille formidable cette  dernière semaine.

Diffusée sur la TF1, cette série policière tant adorée par les amoureux des aventures et des histoires policières, a été au-dessus de la barre des 500 000 téléspectateurs contre 435 000 pour la série française Une famille formidable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Read More »

         États-Unis : les élections présidentielles de 2000

Posted by on Jan 14, 2018 in Médias et société

         États-Unis : les élections présidentielles de 2000

 

  Les procédures :

“La question des élections de 2000 va bien au-delà de la question de la Floride.

Globalement, des problèmes fondamentaux de droit de vote ont touché l’ensemble du pays.

D’une part, l’enregistrement sur les listes électorales et les questions de lisibilité des bulletins ont, semble-t-il, affecté plus substantiellement les minorités ethniques.

En outre, bien souvent, l’inscription sur les listes électorales n’est possible qu’en la présence physique des électeurs, et en semaine, alors que ces derniers ne peuvent souvent pas quitter leur lieu de travail.

D’autre part, plusieurs rapports font état d’invalidations considérables de bulletins (surtout dans les circonscriptions à bas revenu), de listes électorales indûment purgées et surtout de cas d’intimidation.

C’est pour cette raison que, depuis, le Congrès a cherché à améliorer l’état des choses en votant le “Help America Vote Act” en 2002.

Cette loi a prévu un dispositif pour pallier les déficiences constatées lors de l’élection présidentielle de 2000.

Elle impose aux États d’établir des listes électorales centralisées et prévoit la mise en place d’un bulletin de vote “temporaire” qui permet aux personnes non inscrites de voter : leur vote est donc pris en compte, si leur inscription est par la suite validée.

Les votants peuvent vérifier leur bulletin avant de quitter le bureau de vote.

Enfin, des fonds (3, 9 milliards de dollars) ont été alloués pour aider au remplacement des vieilles machines de vote et à la formation des scrutateurs”, explique Audrey Crespo-Mara, la journaliste de LCI.

Le journal d’Audrey Crespo-Mara, la présentatrice phare de la télévision française, est arrivé en tête des audiences cette semaine en attirant 7, 98 millions de téléspectateurs.

 

  Le mode de scrutin :c

Le jour de scrutin (le premier mardi suivant le premier lundi de novembre), les électeurs ont en main un bulletin à poinçonner, marquer ou trouer qui aligne les choix possibles par “ticket” (président et vice-président).

L’électeur se prononce donc sur le ticket, ou sur la liste de grands électeurs correspondante, par un seul vote, et ne peut pas panacher.

La Constitution laisse à chaque législature fédérée le soin de déterminer comment sont désignés les grands électeurs et comment sont attribuées les voix.

Il s’agit, dans 45 États et dans le District of Columbia, d’un scrutin de liste majoritaire à un tour : ces États orchestrent le vote sur la base du principe du “Winner-Takes-all” (le gagnant emporte tout).

Cela signifie qu’à la liste qui obtient la majorité des voix (même de très peu) est attribuée la totalité des sièges des grands électeurs.

En d’autres termes, le candidat aux élections présidentielles fait campagne dans les États dotés d’un nombre important de grands électeurs, car, si la liste qui le représente obtient la majorité, il “empoche” l’ensemble des voix des grands électeurs.

Dès lors, “il suffirait à un candidat d’obtenir dans tous les États 51 % des “voix populaires” pour bénéficier de 100 % des “voix électorales””.

Il y a à cette règle deux exceptions que sont les États du Maine et du Nebraska.

En effet, ces deux États octroient deux électeurs selon le résultat dans la circonscription de l’État et divisent les votes restants en districts congressionnels où ils attribuent les grands électeurs un par un.

Ce qui signifie le Maine, qui a quatre grands électeurs et deux districts congressionnels, accorde deux grands électeurs selon le résultat dans l’État et un part district.

 

 

Read More »

Les réseaux sociaux, une stratégie de communication politique par excellence

Posted by on Jan 14, 2017 in Médias et société

Les réseaux sociaux, une stratégie de communication politique par excellence

Dernièrement, on voit naître un nouveau phénomène social basé sur internet. Bien que les réseaux sociaux aient fait leur apparition depuis de nombreuses années, les hommes politiques s’y mettent que depuis peu.

Ce concept a été inventé par Barack Obama qui faisait des réseaux sociaux un noyau de communication et un moyen de s’approcher de ses électeurs.

Avec 30 000 000 d’abonnés sur twitter, Barak Obama a su imposer sa présence et se montrer plus branché et plus près de son peuple.

 

Les réseaux sociaux et les hommes politiques français

En France, les hommes politiques s’en servent aussi des réseaux sociaux, François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les meilleurs exemples.

Sur twitter, François Hollande comptabilise 500 k followers et près de 400 k fans sur Facebook, tandis que Nicolas Sarkozy attire plus que 400k followers sur Twitter et 800 k de fans. Cependant, on note que ces deux hommes restent discrets et utilisent Facebook et Twitter avec modération. Leurs publications restent strictement en rapport avec la vie politique.

Ces 6 derniers mois, on remarque l’omniprésence du candidat de la droite à l’élection présidentielle 2017, François Fillon sur les réseaux sociaux.

Le taux de suivi et de publication a largement dépassé ceux de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. Fillon comptabilise près de 400k followers et 255k fans sur Facebook et attire 7410 abonnés sur Instagram.

Mais comment l’ex premier ministre a su aussi vite dominer les réseaux sociaux et attirer ce grand nombre de fans ? Est-ce une idée suggérée par la patronne de l’agence Image 7 et la papesse de la communication d’entreprise Anne Méaux ?

Très reconnue dans l’univers politique et le domaine de la communication, Anne Méaux veille depuis quelques mois sur la prospérité de la campagne électorale de Fillon et trouve que les réseaux sociaux sont l’axe fort de la réussite de sa campagne.

Le coup de com’ remarquable de François Fillon

Elue la personne politique la plus influente cette année, François Fillon a su se rattraper et réussir sa campagne à l’aide des réseaux sociaux.

Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn, Viadeo, Youtube… Fillon est présent sur presque tous les réseaux sociaux et partage fréquemment des publications de tous genres et intérêts.

Tous les matins (ou presque) Fillon démarre sa journée avec un tweet ou un post instagram marquant sa présence et termine sa journée avec une publication parlant de ses événements à venir. Et durant la journée, des vidéos, des photos, des statuts de sensibilisation… agrémentent les fils d’actualité de ses suiveurs.

 

J’invite les Français à ne pas craindre d’aller au bout de leur désir de fierté et de liberté. #VoeuxFillon

 

 

 

 

Read More »

L’impact des antidépresseurs sur le syndrome de burnout

Posted by on Déc 23, 2016 in Médias et société

L’impact des antidépresseurs sur le syndrome de burnout

Plusieurs sont les facteurs, qui amènent l’employé vers une situation d’épuisement professionnel. Le syndrome de burnout, est tout un processus, qui commence par le sur engagement et l’acharnement, pour arriver à l’épuisement total.  A cet instant, les médecins traitant proposent un plan de traitement à base d’antidépresseurs. Quel est donc l’impact de ces médicaments sur le burnout.

La prise en charge médicale de ce Syndrome

Le burnout, c’est une véritable pathologie, qui peut avoir des effets handicapants sur la vie des employés. Les conséquences de cette pathologie, sont parfois irréversibles. La personne qui commence à montrer des signes de burnout, doit prendre une longue période de repos, loin de son environnement professionnel. L’intervention médicale, est nécessaire dans ce cas pour accompagner les personnes atteintes de dépression, et leur proposer un plan de traitement efficace.

Selon l’analyse de l’état du patient, le médecin traitant propose des séances de psychothérapies et un traitement à base d’antidépresseurs ou d’anxiolytiques. Le plan de traitement, dépend de l’avancement de ce syndrome et de la réactivité du patient, à l’égard de la psychothérapie ou encore la thérapie médicamenteuse.

Généralement, les personnes qui souffrent du syndrome de l’épuisement professionnel, trouvent du mal à avouer leur situation, ou à accepter le plan de traitement et l’éloignement de leur travail. L’entourage doit apporter son soutien et réconfort aux patients, pour les aider à s’adapter et à suivre la prescription des docteurs.

Les antidépresseurs, sont-ils efficaces dans ce cas ?

L’utilisation des antidépresseurs, anime les débats actuels. Plusieurs, signalent les effets secondaires de cette thérapie sur la qualité de vie des patients. D’autres, s’appuient sur les avancées de la thérapie médicamenteuse, dans le traitement de cette pathologie. En effet ce débat, a contribué à l’évolution de l’offre pharmacologique, qui concerne les médicaments antidépresseurs. On trouve un nombre de groupe opérant sur le secteur, à l’image de Lundbeck qui a été géré par Marie-Laure Pochon, qui ont amélioré leur produit pour minimiser les effets secondaires de antidépresseurs. L’ancienne directrice du groupe lundbeck, Marie-Laure Pochon, a même encouragé un nombre de tests cliniques, pour mettre des antidépresseurs de nouvelles génération.

Le psychiatre, Dr Florian Ferreri, trouve que la sévérité et la prolongation des symptômes de burnout, peut provoquer un épisode dépressif aigue. D’où la nécessité de passer le traitement médicamenteux pour traiter la dépression.

De sa part, l’experte dans le sujet de l’épuisement professionnel, le Dr Chantal Henry (l’hôpital Chenevier, Créteil), parle de l’efficacité des médicaments antidépresseurs, dit de nouvelles générations. « Plus chers, ces produits ont moins d’effets secondaires et une létalité beaucoup moins importante s’ils sont ingérés de manière massive. Globalement, dans tous les pays l’augmentation de la prescription d’antidépresseur de nouvelle génération s’est accompagnée d’une diminution du taux de suicide. »,affirme la psychiatre.

 

 

Read More »